Capital : L’accessibilité, c’est l’asphyxie !

Share Button

Collier de perlesCe n’est pas une perle, c’est un collier, un élevage ! Capital dans son enquête « Au secours, les normes asphyxient notre économie ! »  du 28 mars met le paquet de gros sous pour démontrer combien l’accessibilité est un luxe que la France ne peut pas se payer. Evidemment, aucune mise en perspective sur le fond du sujet ni aucune parole contradictoire ne vient éclairer le lecteur. L’enquête est à charge : l’accessibilité, c’est trop cher et puis c’est tout ! Morceaux choisis :

 

300 000 euros :
Afin que les bus puissent embarquer sans difficulté les passagers en fauteuil roulant, la loi sur les handicapés impose la construction de quais aux arrêts de bus. Vincennes va devoir en construire 50, à 6 000 euros l’unité. (…)

2 millions d’euros :
Il ne suffit pas de mettre un coup de pinceau pour réa­liser une place de parking pour handicapés : il faut élargir l’emplacement en mordant sur le trottoir, voire déplacer du mobilier urbain. Coût moyen : 10 000 euros l’unité. Vincennes doit obligatoirement en installer 200. (…)

80 000 euros :
Pour que les aveugles puissent traverser en toute sécurité, les feux tricolores ­doivent désormais être équipés de systèmes sonores. La ville, qui en compte des dizaines, les a tous mis aux normes. (…)

20 millions d’euros :
C’est rare, mais ça arrive : deux fauteuils roulants doivent pouvoir se croiser sur la voie publique, a décidé le législateur. Conséquence, 15 kilomètres de trottoirs doivent être élargis. Arbres arrachés, réverbères déplacés… Les chantiers dureront des années. (…)