« Cela ne coûte pas plus cher de rendre un espace accessible à tous, dès sa conception. »

Share Button

C’est l’une des fiertés de Valérie Schutt : l’auberge de jeunesse L’Escale a été primée par le ministère du Développement durable. « C’est une réalisation de la Communauté urbaine de Dunkerque [Cud] sur laquelle nous nous sommes beaucoup impliqués », explique la chef du service autonomie et handicap de la Cud, qui regroupe 17 communes du Nord (59) et 210 000 habitants.

Deux ans après l’adoption de la loi de février 2005, Valérie Schutt se voyait confier la responsabilité de mettre la Cud sur les bons rails, sous l’autorité d’une élue nouvellement déléguée au handicap, Zoé Carré. Une mission qu’elle mène à temps plein, épaulée par une technicienne de l’accessibilité. « Nous apportons notre expertise sur tous les chantiers que mène la communauté et, plus largement, nous tâchons d’insuffler la culture de l’accessibilité dans l’ensemble des services. » Ce qui passe par de la sensibilisation, de la formation et beaucoup de pédagogie. Mais aussi des partenariats avec les autres acteurs de la cité, comme les bailleurs sociaux ou la chambre de commerce et d’industrie.

« Cela ne coûte pas plus cher de rendre un espace accessible à tous, handicapés ou pas, dès lors qu’on prend en compte ces considérations dès sa conception : il suffit de penser l’espace différemment, de choisir les bons matériaux, etc. Ce qui coûte de l’argent, c’est d’adapter les lieux déjà existants. » La Cud investit chaque année 400 000 à 600 000 € pour mettre aux normes son parc. Soit 0,3 % de son budget d’investissement annuel. Texte Franck Seuret – Photo Aimée Thirion