« Dans mon taxi, mes clients handicapés bénéficient des mêmes conditions de transport que les autres usagers. »

Share Button

Son petit client était devenu grand. Et Christiane Minsat ne pouvait plus assurer seule le transfert de ce jeune garçon handicapé dans son taxi. Au moment de changer de véhicule, elle a donc décidé d’opter pour un modèle accessible aux fauteuils roulants. « Mais je ne voulais pas d’une fourgonnette. Je souhaitais trouver une berline répondant à la fois aux exigences de confort de mes clients traditionnels et aux besoins d’une personne qui doit voyager dans son fauteuil roulant. » L’artisane de Pierre-Buffière, en Haute-Vienne, opte finalement pour un Berlingo Citroën, qu’elle fait adapter : des suspensions hydrauliques permettent au véhicule de s’abaisser au moment de l’embarquement et la banquette arrière a été remplacée par deux sièges indépendants entre lesquels vient se glisser le fauteuil roulant.

« Dans mon taxi, mes clients handicapés bénéficient ainsi des mêmes conditions de transport que les autres usagers : ils partagent le même espace sans être relégués à l’arrière. » Christiane Minsat a intégralement financé les 12 000 € qu’a coûté l’aménagement. Mais au final, comme le prix du Berlingo est moins cher que les véhicules qu’elle avait l’habitude d’acheter, l’investissement est à peine supérieur. Depuis le 1er septembre, elle peut donc transporter dans de bien meilleures conditions son jeune client handicapé, mais aussi les résidents âgés des maisons de retraite qui apprécient de pouvoir voyager sans avoir à quitter leur fauteuil roulant. Texte Franck Seuret – Photo DR