« Grâce à l’ascenseur, des personnes âgées reviennent au cinéma. »

Share Button

Le 15 décembre 2012, le cinéma de Marcigny, une petite commune de 2 000 habitants, située en Saône-et-Loire (71), a rouvert ses portes au public après six mois de travaux. Les Marcignots ont découvert une salle entièrement relookée désormais accessible grâce à un ascenseur. « Pour continuer l’exploitation de notre cinéma, il nous fallait passer au numérique, explique Olivier Thion, trésorier de l’association Cinéma Vox. Nous avons profité de l’aménagement d’une nouvelle cabine de projection pour engager les travaux de mise aux normes et la réhabilitation entière du bâtiment. » Le coût total des travaux s’élève à 150 000 €, dont 85 000 € pour l’accessibilité pris en charge par la municipalité et financé par une subvention exceptionnelle.

Dynamique, l’association compte une cinquantaine de bénévoles qui ont beaucoup œuvré pour la rénovation de leur cinéma. « Marc Favier, notre président, s’est très souvent déplacé pour assister à des réunions de chantier, poursuit Olivier Thion. Tout n’a pas été simple mais, aujourd’hui, nous pouvons accueillir des spectateurs qui ne pouvaient pas assister à nos projections. »

En plus de l’ascenseur, une rampe permet d’accéder au hall d’entrée, où caisse, bar et toilettes ont été aménagés pour accueillir les personnes à mobilité réduite. Désormais, la salle a une capacité de 175 places dont cinq pour les personnes en fauteuil. Du jeudi soir au lundi soir, trois films y sont programmés en alternance. De 7 à 77 ans, voire plus, on peut désormais “se payer une toile” à Marcigny. Texte Claudine Colozzi – Photo Claude Sénécaille