« L’accessibilité change l’usage de la gare. »

Share Button

1,4 million d’euros. C’est la somme que la SNCF a consacrée à la mise en accessibilité de la nouvelle gare Saint-Lazare, achevée en mars 2012. Une paille, rapportée au budget total de ce colossal chantier de modernisation : 250 millions d’euros -et près de dix ans de travaux- ont été nécessaires pour améliorer les flux de circulation des 450 000 voyageurs quotidiens de la deuxième gare parisienne après la gare du Nord.
Les usagers en situation de handicap n’ont pas été oubliés : « Depuis 2006, la SNCF a instauré un conseil consultatif qui se réunit chaque mois avec les représentants de personnes handicapées, rappelle Laurent Colin, l’architecte chargé de la mise en accessibilité des gares françaises. Résultat : l’accessibilité est entrée dans les mœurs, même si des divergences persistent sur la façon d’y parvenir ! » Et de montrer les guichets de la nouvelle gare, « tous à double hauteur alors que certains préféraient garder un guichet réservé aux personnes en fauteuil ».

Bandes de guidage et balises sonores pour les aveugles, escaliers avec une double main courante pour les personnes de petite taille, ascenseurs… Autant d’aménagements qui se fondent dans le nouveau décor de la gare. « La plupart des éléments d’accessibilité ne sont pas vus ni perçus comme tels, mais ils profitent à tous, souligne l’architecte, en désignant les petits écrans d’information disséminés ici et là. Les gens n’ont pas encore compris qu’en les consultant, ils accéderont plus rapidement aux quais en évitant les attroupements sous le panneau d’affichage principal ! Cela va prendre du temps, mais l’accessibilité change l’usage de la gare. » Texte Aurélia Sevestre – Photo Karine Lhémon