Vincent Assante (Anpihm) : « Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend »

Share Button

Ne pas prévoir de sanctions financières automatiques, c’est nécessairement ouvrir la porte à ce que dans 10 ans nous fassions à nouveau un constat d’immobilisme.